Un site utilisant WordPress.com

Le gouvernement japonais décide de renforcer sa flotte baleinière alors que cet animal est protégé!

Le gouvernement japonais décide de renforcer sa flotte baleinière en la subventionnant pour des millions d’euros et ainsi mieux contrer les assauts de l’ONG Sea Shepherd, alors que de nombreuses victimes du tsunami attendent toujours d’être relogées et que des villes entières sont à reconstruire.

Malgré une désapprobation unanime depuis la fin des années 1970, les nations du monde entier n’ont à ce jour, rien fait pour empêcher le Japon de massacrer des milliers de baleines en Antarctique, zone qui a été désigné en 1994 par la Commission Baleinière Internationale (CBI) comme un sanctuaire baleinier.

Ces nations du monde continuent de laisser le Japon tuer chaque année plus de 1000 baleines dans ce « sanctuaire », en toute impunité et sous couvert d’une prétendue « recherche scientifique ». Or, ces massacres menés au moyen de harpons explosifs n’ont jamais débouché sur une quelconque publication scientifique. De façon toute aussi illégale, on retrouve la viande de baleine dans des restaurants, des magasins et au menu des cantines scolaires japonaise.

Baleine

Ces nations du monde ont officiellement condamné cette chasse et ont voté des réglementations, des traités, des moratoires et la création de sanctuaires. Cependant, rien de tout cela n’a jamais permis de protéger nos derniers grands mammifères, même en cet endroit que nous nous plaisons à appeler « sanctuaire ». L’Australie, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas ont émis le 14 décembre 2011 une déclaration conjointe selon laquelle ils « restent résolument opposés à cette chasse commerciale, y compris pour des intérêts « scientifique », et plus particulièrement encore, dans le sanctuaire baleinier de l’océan Austral… Ils se disent « déçus » de constater le départ récent de la flotte baleinière japonaise vers ce lieu. Ces pays affirment également « demeurer déterminés à améliorer l’état des populations de baleines dans le monde et à maintenir le moratoire mondial de la CBI sur la chasse commerciale à la baleine ». Mais l’absence de réactions incisives à l’égard de pays voyous mène les baleines vers l’extinction. Voilà qui n’est pas un comportement responsable.

Des sanctions économiques

Si les volontaires qui rejoignent Sea Shepherd s’étaient contentés de paroles au cours de ces huit dernières années, des milliers de baleines supplémentaires auraient péris sous les coups de harpons explosifs. Elles ont besoin d’actions efficaces de la part des nations du monde. Attendre les bras ballants ne suffit plus.

Sea Shepherd a donc lancé donc un appel à l’ensemble des Nations: « Imposez des sanctions commerciales, empêchez-les de chasser dans vos zones économiques exclusives, conditionnez vos aides, et sensibilisez le public. Faites pression sur le gouvernement japonais car vous aurez à assumer, face aux générations futures, de la disparition des plus grands mammifères marins de la planète « .

Depuis huit ans, Sea Shepherd envoie ses bateaux dans l’océan Austral pour s’interposer entre les navires harponneurs et les baleines et tente, en prenant des risques considérables, de geler toutes les opérations de chasse. En janvier 2010, la flotte japonaise a coulé l’un des bateaux de Sea Shepherd dans les eaux glaciales de l’océan Austral et c’est un autre navire de l’ONG, le Bob Barker, qui a dû secourir en catastrophe l’équipage du navire percuté. Aucune proposition d’assistance n’est venue de la flotte baleinière.

Au moment où vous lisez cette chronique, le capitaine Paul Watson à la tête de trois navires de Sea Shepherd, et, accompagné de 88 membres d’équipage bénévoles des quatre coins du monde, affrontent la flotte baleinière japonaise dans les eaux de l’Antarctique. S’interposer, au péril de leur vie, entre les baleines et les baleiniers afin de sauver ces derniers grands mammifères marins, est leur objectif.

Au nom des océans et de l’humanité, soutenons les!
Un article de l’express

Heureusement Sea Shepherd agit contre cette chasse intensive

Fondée en 1977, Sea Shepherd Conservation Society (SSCS) est une organisation internationale à but non lucratif de conservation de la faune et de la flore marines. Notre mission est de mettre un terme à la destruction des écosystèmes marins et au massacre des espèces dans le but de conserver et de protéger la biodiversité des océans du monde entier.

Nous mettons en place des stratégies novatrices d’action directe pour enquêter, documenter et intervenir si nécessaire afin d’exposer et de combattre les activités illégales de haute mer. En sauvegardant la biodiversité, nous nous efforçons de préserver la survie de nos fragiles écosystèmes marins pour les futures générations.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s